Publié: 1 février 2015
Temmentec AG

La qualité suisse made in Sumiswald

Le «Swiss Made» a le vent en poupe, Temmentec AG peut en témoigner. Cette entreprise qui produit des cosmétiques dans l’Emmental fait rayonner la marque «Suisse» bien au-delà de nos frontières. Non pas en son nom, mais en tant que partenaire d’externalisation.

Nous utilisons chaque jour des produits de soin cosmétiques comme les crèmes, les gels douche ou les baumes à lèvres. Mais savons-nous où ces produits sont fabriqués? Rares sont ceux d’entre nous qui lisent les petits caractères imprimés au dos de l’emballage pour connaître les composants et le lieu de fabrication du produit. Depuis plusieurs années, la qualité suisse fait l’objet d’une demande croissante, une tendance observée à l’étranger également. «Les acheteurs veulent savoir d’où viennent les produits. Et la marque ’Suisse’ a le vent en poupe», affirme Adrian Meyer, COO du groupe Induchem. Si la mention «Made in Switzerland» figure au dos, il est possible que le produit ait été fabriqué par Temmentec AG. Installée dans la petite ville de Sumiswald, la société produit des cosmétiques, les conditionne et les emballe. Cependant, son nom n’apparaît pas sur les articles qu’elle produit. En effet, Temmentec AG est ce que l’on appelle un «outsourcing partner», ou partenaire d’externalisation, qui fabrique des produits pour le compte d’autres sociétés.

10 000 m2 de surface de production 

Temmentec AG compte actuellement 130 employés à temps plein. Chimistes, droguistes, économistes et spécialistes de la production et du conditionnement travaillent dans les locaux de l’entreprise installés au cœur d’une petite ville de 5 000 habitants. Les fenêtres de la salle de réunion donnent directement sur l’église et la mairie, et non sur une zone industrielle comme l’on pourrait s’y attendre. La surface de production de 10 000 m2 sur laquelle s’étend l’entreprise est impressionnante, et on n’en prend la mesure qu’en faisant le tour des locaux de fabrication – sans un guide, il serait facile de s’y perdre. La visite commence à l’entrée du personnel, se poursuit par la réception des matières premières pour se terminer avec les produits cosmétiques conditionnés et emballés. Le visiteur découvre comment sont fabriqués les cosmétiques. Les règles étant très strictes en matière d’hygiène dans la production de cosmétiques, le visiteur doit tout d’abord revêtir blouse, charlotte, surchaussures et lunettes de protection.

Des produits fabriqués à partir d’eau et d’huile 

Après avoir passé l’espace des collaborateurs, nous arrivons sur le lieu de réception des matières premières. En fonction des applications, celles-ci sont livrées dans des fûts ou dans de petits récipients en plastique. Certains principes actifs, par exemple, sont utilisés en quantités minimes par rapport aux huiles de soin, présentes en forte concentration dans les cosmétiques et donc livrées dans des bidons de grande capacité. Un produit de soin pour la peau est constitué d’une émulsion d’eau et d’huile à laquelle viennent s’ajouter de petites quantités de principes actifs. Afin de garantir la qualité des produits cosmétiques, un échantillon de chaque matière première est prélevé à l’entrée des marchandises pour être analysé. Une fois la validation effectuée, il faut procéder au pesage, c’est-à-dire à la «mise en place» des différentes matières premières et substances actives nécessaires à la fabrication d’un produit. Celles-ci sont ensuite mélangées pour obtenir le cosmétique.

Temmentec_2.jpg

Qualité et efficacité sur toute la ligne 

De grandes installations de mélange réparties dans les différents locaux de production en vrac permettent de produire jusqu’à dix tonnes de produit liquide par préparation. Des techniques modernes garantissent une efficacité maximale, et on passe rapidement de la fabrication d’un produit à un autre. Nous quittons les locaux de production pour entrer dans les salles de remplissage et de conditionnement dans lesquelles règne une intense activité. Des machines remplissent automatiquement tubes, pots et flacons puis les scellent, les étiquettent et leur affectent un code. D’autres produits, cependant, sont emballés à la main. Dix collaborateurs plient ici chaque boîte séparément, positionnent le produit dans l’angle souhaité et placent un accessoire à ses côtés. Pour ne pas laisser de traces sur le précieux produit, les collaborateurs portent des gants. Nous voilà presque arrivés à la fin de la visite. Mais avant cela, il nous reste à découvrir le laboratoire maison. En plus de la production, du conditionnement et de l’emballage, Temmentec AG propose en effet à ses clients un service de développement et de formulation.

Une spécialisation dans le haut de gamme 

Au cours de son histoire, la société n’a pas toujours été un partenaire d’externalisation spécialisé dans les produits de soin cosmétiques. Son histoire démarre en 1914, lorsque le droguiste Peter Müller commence à produire et à commercialiser des cosmétiques à Sumiswald. La société a changé quatre fois de mains et a été rebaptisée Temmentec AG en 1991. En 2004, après avoir intégré le groupe Induchem, elle se spécialise dans la production de produits de soin haut de gamme. «Nous souhaitions rester fidèles au site de Sumiswald. Face à la concurrence étrangère qui fabrique des cosmétiques à grande échelle et à bas prix, nous devions trouver une niche. La qualité de service faisant partie de nos points forts, nous nous sommes spécialisés dans les cosmétiques haut de gamme», explique Adrian Meyer, COO du groupe Induchem. Une étape importante dans l’implantation de l’entreprise sur ce marché a été l’extension d’un partenariat existant avec un nom bien connu du secteur des cosmétiques. Outre la production, les produits sont en effet désormais également conditionnés et emballés par Temmentec AG. Pour répondre au maximum à cette demande de la clientèle, différents aménagements devaient être effectués dans les locaux. La société a alors fait appel à Credit Suisse Entrepreneur Capital SA. «L’investissement de Credit Suisse Entrepreneur Capital SA nous permet de financer la nouvelle commande», précise Adrian Meyer, le regard fixé sur l’église de Sumiswald.