Auteur: Regula Brechbühl
Publié: 17 juillet 2015
Aeschbach Chocolatier

De la fève de cacao au praliné

Qui ne connaît pas les écus d'or en chocolat? Leur fabricant, la société Aeschbach Chocolatier de Suisse centrale, est également connu depuis longtemps pour ses nombreux produits de grande qualité.

Vous avez sûrement déjà vendu du chocolat Aeschbach. Vous êtes sans nul doute allés à l'école, votre carton d'écus d'or en chocolat dans les mains pour les proposer aux passants. Vous avez probablement déjà dégusté des produits Aeschbach, même sans le savoir. En effet, en plus de produire des chocolats publicitaires comme les fameux écus d'or, le fabricant de spécialités chocolatières raffinées fournit également des pâtisseries, boulangeries et confiseries dans toute la Suisse. Il dispose également de ses propres points de vente. Et encore aujourd'hui, Aeschbach fabrique tous ses produits haut de gamme à Cham.

Des lapins de Pâques en toute saison, même à Noël 

Les portes de l'atelier s'ouvrent et nous voici face au rêve de tout enfant: des cuves d'un mètre de haut dans lesquelles de longs bras métalliques mélangent du chocolat fondu. On aurait presque envie d'y plonger. «Ces récipients contiennent jusqu'à sept tonnes», indique M. Aeschbach, propriétaire et dirigeant de l'entreprise familiale Aeschbach Chocolatier. «En fonction des goûts des clients, nous travaillons du chocolat blanc, noir, au lait et même du chocolat bio. Le chocolat nous est livré sous forme liquide et nous le maintenons à la température idéale.» Le bruit des machines dissipe rapidement la rêverie. Dans la pièce voisine, une chaîne de production déjà un peu ancienne fabrique un long ruban de chocolat dans lequel seront découpés les écus d'or. 

Les machines proviennent de la société Chocolat Tobler à Berne. «Ici, la plupart des machines ont 50, voire 60 ans, mais elles fonctionnent très bien et comme notre production est indépendante du progrès technologique, il n'y a aucune raison de les remplacer», explique M. Aeschbach. 

Puis nous nous rendons à l'étage supérieur, où sont fa briqués les lapins de Pâques. Des collaborateurs spécialement formés décorent les moules en forme de lapin: ils peignent d'une main calme et experte des détails tels que les yeux, puis la machine verse le chocolat liquide dans les moules. L'ensemble de la production peut être reconfiguré en l'espace d'une demi-heure. Si un client commande 150 Pères Noël en plein milieu de l'été, Aeschbach peut les livrer en quelques jours. «Ce mélange de fabrication mi-industrielle, mi-artisanale est un défi quotidien mais c'est ce qui caractérise notre entreprise et la rend unique sur le marché. Nous conservons ainsi la flexibilité et la fabrication artisanale d'un confiseur tout en atteignant les quantités et la rapidité d'une usine», explique le dirigeant. Il ouvre maintenant la porte d'une pièce dans laquelle on accepterait facilement de se laisser enfermer une journée: les rayonnages débordent de pralinés et de truffes. Du chocolat à perte de vue! La fin du supplice est proche, nous allons pouvoir goûter aux pralinés fraîchement sortis des machines. Les confiseurs travaillent juste à côté. Ils suivent les recettes Aeschbach pour préparer le mélange servant à fourrer pralinés et truffes, qui sera ensuite versé dans les moules creux. 

Certains chocolats sont personnalisés et décorés avec les armoiries des cantons. «Nous fabriquons beaucoup de produits publicitaires tels que des logos ou des cadeaux, comme pour ce revendeur de pneus qui voulait des roues en chocolat. Tout est emballé chez nous conformément au souhait du client», explique M. Aeschbach en nous conduisant dans une pièce où s'empile du papier glacé dans des douzaines de coloris. Entre-temps, nous sommes arrivés en haut du bâtiment. 

Aeschbach_2.jpg

Chocodromo: d'où vient le chocolat? que devient-il? 

«Comme vous voyez, nous occupons désormais tous les étages. Mon père a emménagé dans ce bâtiment en 1978. A l'époque, il ne produisait que des pralinés et des truffes.» L'entrepreneur continue: «J'ai repris l'activité en 2003 et je me suis rendu compte qu'il fallait réorganiser l'ensemble de la production. Les locaux actuels ne permettent plus d'assurer son déroulement optimal.» En 2010, M. Aeschbach a commencé à chercher un terrain pour un nouveau site et l'a trouvé à Root dans le canton de Lucerne. Il est facilement accessible en voiture et par les transports en commun, un aspect très important car Root doit accueillir non seulement la production optimisée mais également tout un univers d'expérience pour les curieux. 

Chocodromo montrera le parcours fascinant de la fève de cacao jusqu'au produit fini, textes et images à l'appui, mais aussi de manière vivante: les visiteurs pourront flâner sur une galerie donnant sur l'atelier de production et avoir une vue intéressante sur chacune des étapes de la transformation. C'est le seul endroit en Suisse où il sera possible d'assister en direct à la création des différentes spécialités de chocolat dans toute leur diversité. Des événements seront proposés pour répondre aux besoins de chacun: fêter l'anniversaire de ses enfants, couler soi-même son lapin de Pâques, etc. M. Aeschbach précise: «Le nouveau bâtiment est conçu de sorte à pouvoir réaménager l'espace en fonction du thème, de la saison ou du groupe. Nous disposerons de salles et d'équipements permettant d'accueillir des réunions privées ou d'entreprise. Il sera même possible de louer tout le bâtiment pour organiser une manifestation.» 

Un traiteur proposera des plats raffinés à emporter et il y aura aussi un café. Il est d'ores et déjà nécessaire d'assurer la gestion d'événements car plus de 1000 visiteurs se sont déjà inscrits. 50'000 visiteurs sont attendus par an mais ils pourraient aussi bien être deux fois plus nombreux. «Le grand défi a été d'élaborer un planning qui tienne compte de l'afflux potentiel de visiteurs», se souvient M. Aeschbach. «Nous avons donc pris des pré cautions: au besoin, nous pouvons construire deux étages supplémentaires. Nous comptons aussi sur la flexibilité de nos employés.» Une cinquantaine de collaborateurs, dont certains sont présents depuis longtemps, travailleront sur le nouveau site dès le mois de septembre 2012. L'ouverture prévue sept jours sur sept va même permettre de créer de nouveaux emplois.

Aeschbach_3.jpg

La croissance grâce à la passion et l'inventivité 

«Des recettes uniques, une fabrication artisanale et les meilleurs ingrédients font depuis toujours la qualité de nos produits. Avec Chocodromo, je voulais franchir une étape, mettre en avant notre marque et la faire revivre.» M. Aeschbach ne veut pas faire de la croissance pour la croissance. Il se bat avec beaucoup de passion, de compétence et des idées innovantes. Cette attitude lui a ouvert les portes de Credit Suisse Entrepreneur Capital SA qui, en investissant dans son entreprise, lui a permis de passer à la phase de croissance suivante. «Grâce à Credit Suisse Entrepreneur Capital SA, nos liquidités et notre ca pacité d'action financière et opérationnelle sont restées intactes, ce qui a été décisif pour nous.» Jusqu'à présent, M. Aeschbach considère que la collaboration se passe très bien, dans un esprit entrepreneurial et sans formalisme excessif, ce qui est peu courant. «L'investissement est pensé du point de vue de l'entreprise. Ce ne sont pas uniquement les chiffres qui comptent mais également les facteurs subjectifs tels que l'esprit d'entrepreneur et la souplesse. L'expérience de Credit Suisse Entrepreneur Capital SA avec des entreprises très diverses m'a servi et m'a permis de rester pragmatique et serein.» Entre-temps, nous sommes arrivés dans la boutique où, s'il est impossible de céder au désir enfantin d'emporter la moitié du stock, les nombreux échantillons de produits raffinés suffisent déjà à nous ravir. Une nouvelle dégustation nous le confirme: il doit vraiment y avoir beaucoup de passion dans ces chocolats.